caractère du korat

Je ne suis peut-être pas  très objective, et vous allez penser que je prêche pour ma paroisse. Il y a une certaine part de vérité. Mais je n’ai pas eu que des korat dans ma vie, ainsi je peux quand même confirmer que cette race n’est pas  ordinaire.

Vous cherchez un chat qui fait sa vie ? Qui squatte le canapé 20h/24 et ne se lève que pour manger ? Vous rêvez d’un chat indépendant ? Alors clairement passez votre chemin ! Car le korat est tout le contraire de ce que je viens de citer.

korat paw

un chien dans un corps de chat

Le korat n’a de félin que son physique. Pour le caractère, il se rapproche plus du chien. Il dépend entièrement de son maître. Il ne peut passer de longues journées seul sans son humain, ou au moins un autre compagnon poilu – chat, chien, furet…

Si vous adoptez un korat, vous faites une croix sur votre tranquillité car vous n’aurez plus aucun moment seul, vous n’aurez plus jamais vos genoux ou épaules libres, plus d’espace dans votre lit même dans les moments les plus intimes, il se glissera entre vous et votre clavier d’ordinateur et gare à vous si vous ne fermez pas la porte des WC car tout korat qui se respecte essayera de se faufiler dans la jambe de votre pantalon baissé ! Votre korat vous suivra partout parce qu’il voue un culte à son maître. Un korat pour le meilleur… et parfois le pire 😉

Comme ses cousins du Maew Boran, le korat est très bavard. Si vous croisez son regard, il vous lancera un petit « miaou » dont il attendra une réponse en retour. Il a une voix particulière, spécifique des chats thaïlandais. J’ai parfois confondu des miaulements avec les pleurs de mon bébé. C’est perturbant, et même insupportable pendant les chaleurs – l’une des raisons pour laquelle mes chatons korat sont stérilisés avant leur départ.

Fermer le menu